Sélectionner une page
JAC Vulgarise – El Niño, oscillation australe en quelques lignes
Alors qu’il est souvent cité dans les médias, El Nino est parfois un phénomène mal compris. On vous explique tout ici avec notre série JAC Vulgarise. Un article de Camille Sansonnet.

Depuis mai 2023 c’est le retour du phénomène météorologique El Niño. Depuis cette date on entend parler de ce phénomène qui est relié à de nombreuses situations météorologiques partout dans le monde. Mais qu’est-ce qu’est ce phénomène météorologique en question ? Cet article vise à expliquer plus précisément le phénomène El Niño et ses implications. 

Oscillation Australe El Niño en quelques lignes

El Niño correspond à une des phases de l’oscillation australe El Niño. Ce phénomène océanique se situe dans la région équatoriale de l’océan Pacifique. Pour mieux comprendre son fonctionnement il est important de visualiser comment se décomposent les océans. Assez simplement, on peut visualiser l’océan comme une masse d’eau froide recouverte d’une couche peu profonde d’eau chaude. La zone de transition thermique entre ces deux masses d’eau est très bien définie et peu épaisse. Cette zone de transition est appelée thermocline. Avec la rotation de la Terre la thermocline est inclinée vers l’Ouest. De ce fait, à l’Est du bassin océanique, la couche d’eau chaude de surface est moins épaisse et, de fait, l’eau froide de profondeur est plus proche de la surface. A l’Ouest du bassin océanique, de façon inverse, la couche d’eau chaude de surface est plus épaisse et la couche d’eau froide se situe plus en profondeur. Cette inclinaison varie de façon périodique entre des périodes de fortes inclinaisons et des périodes de très faible inclinaison. Cette oscillation de l’inclinaison de la thermocline, dans l’océan Pacifique équatorial, s’appelle l’oscillation australe – El Niño. Les phases de fortes inclinaisons, appelées La Niña, et de faibles inclinaisons, El Niño, se succèdent dans le temps avec une périodicité allant de 2 à 7 ans en moyenne.

Phase La Niña

En phase La Niña la thermocline de l’océan Pacifique équatorial est fortement incliné avec une remonté importante d’eau froide de profondeur du côté américain. La dernière situation La Niña a perduré de janvier 2020 à avril 2023. Il est possible de visualiser ce phénomène avec les anomalies négatives de températures de surface de la mer sur la région Est du Pacifique équatorial. La figure suivante présente ces anomalies pour le mois de décembre 2022 en guise d’exemple.

Phase El Niño

En phase El Niño, l’inclinaison de la thermocline dans l’océan Pacifique équatorial est plus faible. La couche d’eau chaude de surface à l’Est du bassin est donc plus importante. Cette phase est donc reconnaissable par une anomalie positive de la température de surface de la mer à l’Est de l’océan Pacifique équatorial.

Conséquences sur le climat global

Les deux phases El Niño et La Niña ont des connexions diverses et complexes sur l’état de l’atmosphère partout sur le globe. Du point de vue des températures atmosphériques, l’océan a un pouvoir de régulation important de celles-ci. Un océan plus froid en surface aura tendance à refroidir l’atmosphère, là où un océan plus chaud en surface verra son action de régulation de la température atmosphérique diminuée. L’oscillation australe – El Niño, influençant directement la température de surface de l’océan Pacifique, a un fort impact sur les températures à échelle mondiale. Les phases El Niño sont ainsi associées à des températures globales plus chaudes. 

Dans un contexte de réchauffement climatique, les phases El Niño auront tendance à accentuer cet effet. 

Références

Les données utilisées pour créer les images de cet article sont les données de température de surface de la mer ERA5 du Centre Européen de Prévisions Météorologiques à Moyen Terme (ECMWF pour les anglophones).

Table des matières

Dans la même
catégorie